Imprimer cette pageEnvoyer à un ami Partager cette page Flux RSS

Centrale de Port-Est

La centrale de Port-Est,
pour répondre aux besoins d'électricité croissants des Réunionnais

La hausse de la consommation électrique reste soutenue à la Réunion, malgré une politique volontariste de maîtrise de la demande d’énergie : 2% de hausse annuelle, une consommation multipliée par 16 en moins de 40 ans (démographie, équipement des ménages et développement économique de l’île). L’équilibre entre l’offre et la demande en électricité est précaire. Le besoin en infrastructures de production d’énergie est croissant.

La nouvelle centrale thermique de Port-Est vise à répondre aux besoins en énergie de l’île, tels qu’ils ont été définis dans la Programmation pluriannuelle des investissements (PPI) décidée par le gouvernement. Elle permet de garantir la continuité d’alimentation électrique de l’île.

Les centrales thermiques à moteurs Diesel de nouvelle génération constituent, dans les systèmes insulaires, l’un des moyens les plus sûrs et les plus efficaces pour faire face aux variations de consommation d’électricité, notamment aux augmentations fortes et soudaines de la demande. Ces installations autorisent en effet une grande souplesse : elles peuvent être démarrées rapidement (en quelques minutes) et arrêtées sans problème.

La centrale de Port Est s’ajuste aux autres moyens de production de l’île :

  • elle fournit une énergie garantie en temps réel, pour répondre aux besoins quotidiens, en complément des usines bagasse-charbon du Groupe Albioma ;
  • elle peut être mobilisée lors des pics de consommation, en complément des autres moyens de production hydrauliques et des turbines à combustion ;
  • elle peut aisément, par sa souplesse d’utilisation, laisser la place aux énergies renouvelables quand celles-ci sont disponibles.

Un outil de production
aux performances industrielles et environnementales optimisées

La centrale de Port Est, mise en service courant 2013, est équipée de 12 moteurs Diesel, d’une puissance totale de 210MW environ. Elle a été construite et est exploitée par la filiale du groupe EDF, EDF PEI (Production électrique insulaire).

Des innovations techniques importantes permettent de réduire l’impact de la centrale sur l’environnement, comme par exemple :

  • l’utilisation de combustibles à très basse teneur en soufre ;
  • l’installation de dénitrification, pour réduire fortement les émissions d’oxyde d’azote ;
  • des cheminées conçues pour optimiser la dispersion des émissions ;
  • un système de dessalement d’eau de mer, pour économiser l’eau douce ;
  • des lignes haute tension souterraines, pour limiter l’impact visuel de l’installation.

Ses moteurs diesel de nouvelle génération, convertibles au gaz naturel, permettent de réduire de 15% la consommation de combustible. Ils sont équipés d’un dispositif catalytique qui filtrent les gaz d’échappement.

La centrale de Port Est est un aménagement modulable, conçu pour accompagner progressivement le développement des énergies renouvelables sur l’île (énergie des mers, step marine…).

Cliquez sur les images pour les agrandir.







La centrale de Port Est en quelques chiffres

  • 12 moteurs Diesel d’une puissance totale de 210MW : la centrale permet de couvrir jusqu’à 25% des besoins en électricité des Réunionnais.
  • Un chantier qui a mobilisé au total environ 2000 personnes et plus de 150 entreprises (pour la grande majorité, locales). Il a nécessité :
    • plus de 3 millions d’heures de travail ;
    • 50 000m3 de béton coulés en deux ans, soit l’équivalent du viaduc de Saint-Paul ;
    • 500 kilomètres de câbles électriques tirés, soit deux fois le tour de l’île de la Réunion ;
    • 5000 tonnes de pièce de charpentes métalliques montées ;
    • 80 km de tuyaux d’acier posés et soudés ;
    • un investissement de l’ordre de 500M€, dont 50M€ en faveur de l’environnement.

Les dates-clés de la construction de la centrale de Port-Est

  • 13 octobre 2009 : obtention du permis de construire ;
  • 7 août 2010 : arrivée des trois premiers moteurs ;
  • 10 juillet 2012 : couplage au réseau d’un premier groupe moteur ;
  • 1er octobre 2013 : 12 moteurs en service.

A voir également